plastique-pollution-océans

Vous l’avez sans doute lu ou entendu dernièrement : les océans sont aujourd’hui gravement pollués par les déchets plastiques. La fondation Ellen Macarthur prédit d’ailleurs le quadruplement de ce phénomène en 2050, année qui verrait la masse de plastique dans les océans, aujourd’hui estimée à 150 millions de tonnes, dépasser la masse de poissons présents dans les océans.

Mais comment le plastique se retrouve-t-il dans l’environnement ? 

Sur les 78 millions de tonnes produites en 2013, 32 % finiront dans l'océan et 40 % atterrissent dans des décharges ou dans le sol. Plus ou moins 14% sera incinérée et finalement, seule une part de 2% sera réellement et qualitativement recyclée (© Fondation Ellen MacArthur).

 

Heureusement, de plus en plus de démarches voient le jour afin de combattre ce fléau. Un bon exemple en est l’initiative de FROSCH, qui se mobilise pour plus de durabilité dans la gestion des déchets et utilise du plastique recyclé pour les emballages de ses bouteilles PET. Chez Frosch, nous en sommes convaincus : l’orientation écologique des produits d'entretien ne doit pas se limiter aux matières premières et aux compositions des formules. Au contraire, les concepts d’emballages doivent également être pris en compte.

On constate qu’une grande partie des emballages plastiques, toute industrie comprise, ne sont toujours pas recyclés de manière adéquate. Ces déchets sont trop souvent perdus ou incinérés, ce qui génère 3 grammes de CO2 pour chaque gramme de PET brulé. Ainsi, le pétrole, matière première précieuse et épuisable, est gaspillé et nuit au climat en dégageant du CO2 alors qu’il aurait pu être réutilisé encore et encore.

Concrètement, les bouteilles Frosch en PET sont aujourd'hui composées à 100 pour-cent de matériau recyclé et offrent ainsi une seconde vie au plastique. Cette initiative a pour objectif de renoncer au pétrole brut pour produire des emballages plastiques et à la place opérer un recyclage qualitatif du plastique.

Cependant, la plupart des fabricants continuent à produire leurs bouteilles neuves à partir de PET issu du pétrole brut, un mécanisme plus avantageux économiquement. Le problème global de la pollution des océans pourrait être combattu rapidement si les différents participants de l’industrie du plastique trouvaient un intérêt économique à changer leurs pratiques.

Frosch va toujours plus loin, en s’engageant aussi à respecter le principe du Cradle to Cradle®. Ce principe prévoit le retour de tous les composants d’un produit à la nature, sans produire de déchets, selon un cycle fermé. Les sprays Frosch pour vitres et salle de bain se sont d’ailleurs vus attribuer le certificat Cradle to Cradle gold.

Sources :

www.integrally-sustainable.com

www.ellenmacarthurfoundation.org/